Ca y est, l’été est là avec les belles soirées festives qui s’annoncent… Belles soirées certes, mais pas pour tous ! En ce jour, je peux déjà observer qu’il y a plusieurs annoncent de disparitions d’animaux. Cela me rend furax ! Et pour cause ? Les feux d’artifices pardi !

Les feux d’artifice sont un moment magique pour les jeunes et les moins jeunes. Mais pour les animaux, ces détonations soudaines et violentes sont un véritable cauchemar. Chaque année, pendant l’été et durant la nuit du 31 décembre au 1er janvier, des animaux de compagnie disparaissent. Ils paniquent et prennent la fuite à cause des feux d’artifices.

De grâce, ne prenez pas vos loulous avec vous à ces occasions.

Sur la base d’une enquête réalisée par la Protection suisse des animaux au début de l’été 2015 auprès des vétérinaires et des propriétaires d’animaux, les chiens et les chevaux seraient les principaux concernés.

Les résultats de l’enquête semblent indiquer que ces animaux souffrent de toute évidence et qu’il est pratiquement impossible de les protéger efficacement une fois qu’ils ont été «sensibilisés».

L’ouïe mieux développée que celle de l’être humain chez de nombreux animaux domestiques ou sauvages, leur fine sensibilité aux vibrations ainsi que le fait que les détonations ne soient pour eux ni prévisibles, ni ne puissent être attribuées à une cause objective et se prolongent souvent durant des heures, constituent pour nombre d’entre eux une véritable contrainte.

Chaque nouvelle expérience négative accroît leur anxiété et leur sensibilité à un bruit soudain.

Les cas décrits dans l’enquête indiquent que les feux d’artifices sont ressentis comme désagréables par de nombreux animaux domestiques. Les facteurs de contraintes peuvent être les suivants : détonations soudaines, volume sonore excessif, type de bruit (sifflement), nombre de détonations, secousses ou apparition soudaine de lumière. Les stimulis inhabituellement forts constituent indéniablement un stress. Les animaux réagissent par de l’excitation allant jusqu’à la panique, se cachent ou fuient parfois, ce qui peut, selon l’enquête, conduire à des accidents ou des blessures, en particulier chez les chiens et les chevaux.

Les feux d’artifices conditionnent négativement certains animaux, si bien que les symptômes et la peur s’aggravent avec le temps également dans d’autres situations, comme en cas d’orage ou de bruit de chantier par exemple. L’indication d’une vétérinaire, dont le chien avait, dans son jeune âge, été socialisé avec des bruits de moteurs, des tirs ou similaires, est très intéressant. Malgré cela, l’animal a été pris de panique dès la seconde année où il a été soumis aux pétarades du 1er août et doit désormais être enfermé et mis sous médicaments lors de la fête nationale.

Même si votre chien a été désensibilisé à ces types de bruits, il se peut donc tout de même qu’un jour, il commence à en avoir peur. Cela peut être le cas par exemple, lorsque votre compagnon vieilli. Ses sens sont moins exacerbés, ce qui pourrait le rendre plus inquiet, moins à l’aise, voir le terrifier et le faire fuire.

 

Ce qu’il est recommandé de faire :

  • Si votre chien a peur des feux d’artifice, gardez-le à l’intérieur. Les stores et les volets fermés de préférence. N’hésitez pas à mettre un peu de musique ou laissez la télévision allumée pour atténuer les bruits extérieurs.
  • Si votre chien est terrifié et se réfugie dans une pièce de la maison, dans un coin, sous lit (…), laissez-le faire.
  • Si vous devez ouvrir une porte de la maison pendant les feux, assurez-vous que votre animal soit dans une autre pièce pour éviter qu’il se sauve.
  • Ne réconfortez pas exagérément votre animal (à moins qu’il soit en état de panique complète). Il pourrait comprendre que quelque chose va mal et que sa peur est justifiée. L’idéal est de se comporter naturellement.
  • Ne punissez pas un animal qui montre des signes de peur.

Le saviez-vous ? Le volume sonore de certains feux d’artifice peut atteindre 160 décibels. Les détonations peuvent même provoquer des lésions auditives. Or, bien souvent, les animaux ont une ouïe beaucoup plus fine et sensible que l’oreille humaine. L’idéal est donc de ne pas prendre nos compagnons avec nous lors de ces soirées très animées et de les garder chez nous, pour leur propre confort.

Si votre compagnon est en état de panique lors de ces situations, n’hésitez pas à consulter votre vétérinaire pour qu’il vous oriente sur différentes solutions (homéopathie, médicaments ou autre).

Si vous souhaitez aider votre animal, vous pouvez également prendre contact avec des professionnels (comportementalistes, clubs canins) pour les désensibiliser graduellement. Les résultats seront bons, mais restez toujours très viligants et veillez à leur confort en priorité.

Avec ces quelques conseils, j’espère vraiment de tout coeur pouvoir vous aider au mieux, vous et vos compagnons.

Passez un bel été en respectant le bien-être de tous !

Anna

 

Share This